Une balade en planeur au-dessus des montagnes de la Métropole !

Posté le 14 avr. 2017 à 15:39 (permalien)

On a testé pour vous - Airtech, le coup de la panne à 4 200m d’altitude


Par  Loïs / Consulter l'ensemble des articles On a testé pour vous

 

Il est 9h, Olivier passe me chercher en ville.

« C’est parti ? On décolle ? » Ha non ! pas avant d’être arrivé à l’aérodrome du Versoud !

« Pardon ? Au Versoud ? ? ?!!! »

Oui aujourd’hui on vous emmène faire un petit tour dans les airs : Olivier nous fait tester son activité, le baptême de l’air en planeur.

loisolivier.jpg

Vingt minutes plus tard, nous sommes déjà devant les grandes portes du hangar. C’est là que je découvre l’engin qui va réaliser un des plus vieux rêves de l’homme : voler…
Au-dessus des montagnes grenobloises ! 

L’engin, justement parlons-en ! Le terme est bien réducteur ! Il s’agit d’un élégant planeur biplace aux longues ailes, équipé d’un moteur lui permettant de décoller de manière autonome, et offrant un confort optimal pour profiter du paysage sans entrave.
 

« Charly – Tango – Juliette – Alpha….. à tour de contrôle demande autorisation de décoller »...« Tour de contrôle à Charly – Tango – Juliette – Alpha…..autorisation accordée pour le décollage »

 

decollage.jpg
OK cette fois c’est parti ! Après une courte accélération, nous décollons avec une étonnante facilité. Les conditions sont idéales. Le spectacle promet d’être grandiose. Nous grimpons toujours avec cette même facilité. L’aiguille de l’altimètre n’en fini plus de progresser. Désormais, les voitures deviennent des boîtes d’allumettes et le paysage  prend une tout autre tournure.

Nous arrivons à 4200 mètres d’altitude. Olivier jette un œil à ses instruments, il m’explique: « OK on y est ! Maintenant plus besoin des moteurs. Il n’y a plus qu’à se laisser porter par les courants ». Ah oui c’est vrai nous sommes dans un planeur. Olivier me fait son « fameux coup de la panne ! ». Et de quelle façon ! Il coupe tranquillement les moteurs. Rien ne change. Ou plutôt si tout est différent. On peut désormais se parler tranquillement sans entendre le ronflement du moteur. Nous n’avons plus qu’à nous laisser porter. Nous n’avons plus qu’à profiter du spectacle.

Il faut alors imaginer le tableau. Moi qui pensais si bien connaître la métropole grenobloise, j’ai l’impression de découvrir des paysages nouveaux. Les montagnes, la ville, les collines, les pentes enneigées… Elles sont toutes parées de couleurs nouvelles. C’est un tout nouveau paysage qui s’offre à moi. Chamrousse, le massif de Belledonne, La Plaine du Pô et sa mer de Nuage, le mont Blanc que nous apercevons au loin, les crêtes du Vercors, le Néron, le Saint-Eynard et sa forteresse que nous frôlons, Chamechaude et le village du Sappey sur lequel nous arrivons comme on découvre un nouveau continent. La vallée est verdoyante, resplendissante.

Avec ce point de vue, la situation unique de Grenoble au cœur des montagnes est plus que jamais frappante.


C’est une véritable balade aérienne que nous effectuons. Le temps se fige. Olivier, en pilote-guide touristique me décrit les massifs et nomme les montagnes que je redécouvre. Tout est à porter de main, ou plutôt de manche, qu’Olivier en Pilote-Guide touristique-Moniteur me propose de prendre en main. Il m’explique les rudiments de sa manipulation. Facilement je nous rapproche de notre prochaine destination. J’en viens même à être surpris par la confiance qui se dégage de ce vol. Tout cela semble d’un grand naturel, et d’une simplicité enfantine. On se sent en parfaite sécurité. Tout est réuni pour profiter au maximum de l’expérience.

 

tryptiqsue.jpg

 

Après 1h15 d’un tour grandiose, il est désormais temps de rentrer à la base. Nous virevoltons autour de l’aérodrome, demandons l’autorisation d’atterrir, et nous retrouvons le plancher des vaches tout en douceur. Ce n’est qu’à ce moment qu’Olivier rallume les moteurs « Comme ca, pas besoin de pousser jusqu’au hangar ! ».

Il est 11h30 je rentre à Grenoble. J’ai retrouvé la terre ferme, mais je ne suis pas encore redescendu des nuages.

Si la passion d’Olivier pour le planeur transpire de cette expérience, c’est bien le ressenti qui est au cœur de cette découverte. Sans l’avoir testé, on ne peut imaginer la simplicité avec laquelle Olivier nous hisse au cœur des montagnes et nous amène en quelques minutes au sommet des massifs grenoblois. Assurément, une idée cadeau parfaite pour un souvenir impérissable.

 

 

Olivier planeur.jpg
 

 

Plus d'informations sur Airtech - La Maison du Planeur

 

Bravo et un grand merci à Olivier, pilote-guide touristique-moniteur-faiseur de rêve pour ce magnifique moment !