Un taureau sur le clocher - Grenoble France

Un taureau sur le clocher

Histoire & secrets

Amoureux du patrimoine caché, nous vous dévoilons l’histoire de détails architecturaux et du patrimoine de la Métropole grenobloise.

Difficile de manquer le clocher de la Collégiale Saint-André  : haut de 56 mètres, il a été le plus haut point de Grenoble jusqu’au 19e siècle. Pourtant, avez-vous remarqué que l’on vous observe de là-haut ?

Tout un bestiaire veille depuis le Moyen Âge sur la place de l’Ancien Parlement .  


L’église des Dauphins

Si la construction de la Collégiale commence en 1228 (bientôt 800 ans !), la flèche du clocher est quant à elle achevée en 1331. Église des comtes du Viennois, princes de la province du Dauphiné, dont le palais jouxtait le bâtiment, elle est financée en partie grâce aux mines de plomb argentifère de Brandes-en-Oisans, exploitées aux 13e et 14e siècles.

Faite de briques sur un sous-bassement de pierres locales et de pierres de tuf pour la flèche, elle est la deuxième plus importante église gothique de la ville après la cathédrale.

Une petite fortune est consacrée à l’édification de ce monument qui se veut l’emblème de la puissance des Dauphins et sera en partie leur nécropole.

La Collégiale est massive et surtout, très haute, bien plus haute que le clocher de la Cathédrale, symbole du pouvoir épiscopal.

Il faut dire qu’entre les évêques de Grenoble et les Dauphins, ce sont des siècles de tension qui donnent lieu à des démonstrations de force dignes des plus grandes cours (d’écoles primaires !).


Un bestiaire en l’air

 Laissons de côté ces querelles de clocher et levons les yeux : on vous regarde de là-haut.

Sur les clochetons nord en particulier, ceux visibles depuis la place Saint-André , on remarque des têtes de taureau, de lion, d’aigle et d’homme.

Pas de doute, c’est ce que l’on appelle un tétramorphe, c’est-à-dire la représentation des quatre évangélistes sous leur forme allégorique. Le taureau symbolise Saint Luc, le lion Saint Marc, l’aigle Saint Jean et l’homme Saint Matthieu.

Les clochetons au Sud, eux, sont beaucoup plus sobres car on ne les voyait pas autant au Moyen Âge, la place d’Agier n’existant pas encore. Il n’y avait pas de recul de ce côté-là.

D’autres étonnantes têtes de monstres et de personnages grimaçants ornent les clochetons au-dessus et de part et d’autres des petites baies trilobées !

Saviez-vous que le clocher abrite le Sing, la cloche sonnant la fermeture des portes de la ville. Le signal envoyé s’entendait de loin et quiconque souhaitant entrer ou quitter la ville devait se dépêcher !

Si vous souhaitez en découvrir plus, la Collégiale Saint-André est un incontournable des visites guidées de l’Office de Tourisme Grenoble-Alpes Métropole. Et surtout, n’oubliez pas de lever les yeux !