2000 ans d'histoire

Grenoble ne fait pas son âge : d’une poignée de maisons sur la rive gauche de l’Isère au 1er siècle av. J.C. rassemblées autour du nom de Cularo jusqu’à GIANT et les écoquartiers, c’est une jeune fille de plus de 2000 ans qui a les pieds sur les pavés, la tête tournée vers le Synchrotron …

Centre ancien de Grenoble quais de l'Isère couché du soleil

De part et d’autre de l’Isère, on descend d’abord au sous-sol pour découvrir les sites les plus anciens de la ville : crypte Saint-Oyand nichée dans l’ancienne église Saint-Laurent et Baptistère du IIIe siècle se sont fait une beauté pour accueillir les passionnés d’archéologie et d’histoire ancienne. Ce sont ensuite les traces de François de Bonne, duc de Lesdiguières, qu’il faut suivre : ce militaire fort de caractère s’empare de Grenoble dès 1590 et en consolide l’architecture militaire : remparts, édification de la Bastille, et modernisation de la cité.

L’histoire fait ensuite un saut jusqu’en 1788 et la fameuse Journée des Tuiles, qui ancre Grenoble comme cité rebelle – les émeutes, prémices de la Révolution Française se déroulent le 7 juin 1788 : les parlementaires Grenoblois affronteront la Garde Royale à coup de tuiles. Clin d’œil : un jeune témoin de la scène la relatera plus tard dans « la vie de Henry Brûlard » - ce n’est autre que Stendhal
Napoléon, de passage dans la ville en 1815 à l’occasion des Cent Jours, inaugurera la route qui porte son nom.

Grenoble l’innovante déploie ses ailes de ville industrielle dès le XIXe siècle, avec l’essor de l’hydroélectricité, l’industrie gantière et le ciment. Point d’orgue de cette ère, l’Exposition Internationale de 1925 consacrée, cela ne s’invente pas, à la Houille Blanche et au Tourisme.
La Seconde Guerre Mondiale ravivera son esprit rebelle et de résistance – Grenoble reçoit la Médaille de Compagnon de la Libération.

La Tour Perret
La Journées des Tuiles - Artiste Debelle
Domaine de Vizille - le musée de la Révolution française

L’esprit scientifique de Grenoble l’emporte après-guerre avec l’ouverture des instituts de recherche puis de l’université, enfin les Jeux Olympiques d’hiver en 1968 donneront un coup de fouet sportif à l’expansion de la ville.
Innovante depuis toujours, Grenoble inaugure son tramway en 1987, puis accueille le Synchrotron en 1994. Aujourd’hui, ce sont les éco quartiers qui prennent le relais de l’histoire à construire.