L'Oisans - Grenoble France

L'Oisans

 

Territoire de montagne sauvage et préservé au cœur des Alpes, l'Oisans est le paradis des sports outdoor. Ce magnifique petit coin au sud de l'Isère compte une vingtaine de stations et villages en vallées ou perchés dans les montagnes. Autant d'identités et de traditions à découvrir. L'Oisans se démarque grâce à son relief escarpé ponctué de plateaux d'altitude et de sommets à plus de 4000 m.

 

Veuillez accepter les cookies de YouTube pour lire cette vidéo. En acceptant, vous accéderez au contenu de YouTube, un service fourni par un tiers externe.

Voir la politique de confidentialité de Youtube

Si vous acceptez ces cookies, votre choix sera enregistré et la vidéo se chargera.

Accepter le contenu de YouTube

Les points forts du territoire alpin de l'Oisans

 

Le Lac Noir du plateau d'Emparis © Eric BEALLET

Le Parc National des Écrins dévoile la splendeur de l'Oisans

Il préserve une nature exceptionnelle. Randonnée, trail, escalade ou alpinisme vous permettront de pénétrer cet environnement magique et d'être au plus près des sommets depuis la Bérarde, au bout de la vallée du Vénéon, ou Villar-d'Arène. À découvrir ? Les refuges du parc, pour la magie d'une nuit 100% nature, ou le lac du Lauvitel.

 

Sommets légendaires et plateaux d'altitude

La Meije, un des derniers sommets conquis dans les Alpes, ou le Pic Blanc, panorama 5* au guide Michelin, sont accessibles en téléphérique. Le plateau d'Emparis, depuis Besse ou Mizoën, et celui des lacs du Taillefer, depuis Ornon ou Oulles, sont des espaces protégés à la beauté saisissante... Admirez le reflet des sommets dans les lacs.
 

Lac du Lauvitel
Village de Besse-en-Oisans © Laurent SALINO

Des villages de caractère

L'âme du territoire se vit au cœur de ses villages de caractère : La Grave, classée parmi les "plus beaux villages de France", Besse, à l'architecture inchangée depuis des siècles ou Vénosc, avec ses ruelles pavées et ses artisans. Les villages perchés témoignent de la tradition montagnarde comme Villard-Reculas, Villard-Notre-Dame et Villard-Reymond. Et les stations-villages, comme Vaujany et Auris, ont aussi gardé leur identité.

 

 

Le Pic Blanc- Alpe d'Huez Grand Domaine Ski © Laurent Salino

L'Oisans en toute saison

En été

L’été en Oisans c’est le royaume des sports de pleine nature. Randonnée et trail sur 950 km de sentiers. Cyclisme avec les cols mythiques comme le Lautaret, la Croix de Fer ou les 21 virages de l’Alpe d’Huez, star du Tour de France. VTT avec 3 domaines équipés de remontées mécaniques. Escalade et 7 via ferrata pour une approche en douceur de l’alpinisme. Mais aussi balades à moto sur les routes escarpées, rafting dans les eaux tumultueuses des torrents, parapente face aux sommets ou ski d’été aux 2 Alpes.

VTT à l'Alpette © Bruno LONGO

Côté culture, l’Oisans est généreux : 10 musées et des artistes et artisans membres de la Route des Savoir-Faire. Ces derniers vous accueillent dans leurs atelier-boutiques et partagent avec vous techniques et créativité.

Producteur de la Route des Savoir-Faire de l'Oisans © Emilie L'Haridon | APAO
Village de La Grave © Images et rêves
Randonnée en raquettes © Office de tourisme d'Oz-en-Oisans
Le tour de la Meije en ski de randonnée © Thibaut Blais

En hiver

L’hiver, l’Oisans se pare de blanc et la neige invite à s’équiper pour arpenter ou dévaler les pentes. Le territoire compte 4 domaines skiables : l’Alpe d’Huez Grand Domaine, Les 2 Alpes, La Grave, et le Col d’Ornon. Le ski alpin, chouchou des vacanciers, se pratique tout en hauteur : grands dénivelés avec la célèbre piste de Sarenne à l’Alpe d’Huez (1800 m) ou la Jandri aux 2 Alpes (1200 m).

Aujourd’hui, d’autres activités hivernales ont le vent en poupe comme le ski nordique au Col d’Ornon ou à Villar d’Arène. Sans parler de la raquette à neige ou du ski de randonnée qui permettent de s’aventurer en zone vierge, là où la neige immaculée n’est marquée que de traces d’animaux. Pour finir ce tour d’horizon, impossible de passer à côté des grottes de glace aux sculptures éphémères !

 

 

Chiens de traîneaux © Laurent Salino