Produits du terroir

Un défi que nous ne pouvons relever : présenter toutes les spécialités régionales, tant le Dauphiné est riche et gourmand. Pour vous mettre en appétit, voici les incontournables et les plus connues… Mais ce n’est qu’un amuse-bouche. Votre curiosité vous guidera pour la suite !

Noix de Grenoble © A. Aujas.JPG


La noix de Grenoble

Ce « truc à la noix » que vous avez dans la main n’a rien d’une pacotille sans valeur. Ce truc à la noix, pâtisserie, bonbon ou simplement cerneau frais va fondre dans votre bouche… La Noix de Grenoble répond aux doux prénoms désuets de Franquette, Parisienne ou Mayette, les variétés locales. Cette jeune fille (bien) élevée dans les vallées du sud Dauphiné ne fait pas son âge : elle a obtenu l’AOC en 1938. Il ne vous reste plus qu’à vous laisser séduire par ce « truc à la noix » !



Le Bleu du Vercors Sassenage

Bleu du Vercors
Dans la famille des fromages AOC français, demandez le bleu du Vercors Sassenage : petite production pour cette onctueuse pâte persillée, lait de vaches Montbéliarde, Villard et Abondance en provenance des prairies du Vercors – on respire la nature ! Son goût unique lui vient, dit-on, d’une recette mélangeant le lait de la veille avec la traite fraiche. Il se déguste sur du pain frais lors d’un pique-nique sur les sentiers Dauphinois, ou dans votre cuisine : vous trouverez mille et une recettes pour vous ravir le palais.  


 

Le Saint Marcellin

80 grs de gourmandise, à peine le temps de quelques bouchées, le Saint Marcellin au lait de vache s’apprécie sec ou moelleux … Cet aïeul né à Saint Marcellin en Isère remonterait au XVème siècle et a reçu une IGP en 2013. Sa longue carrière lui vaut de mériter une place de star sur les plateaux de fromages. Sur du pain frais ou cuisiné de mille façons, ce petit palet à la croûte ridée est délicieusement diabolique ! Vous reprendrez du pain pour finir votre fromage, puis du fromage pour finir votre pain ? Zut, il n’y en a plus. Il ne vous reste plus qu’à attaquer son cousin, le Saint Félicien, crémeux au possible.



Les ravioles du Royans

Assiette de Ravioles © Battaglia.jpg
Plus fines et délicates que les raviolis traditionnels, les ravioles du Royans (IGP) forment une élégante dentelle qui renferme des saveurs étonnantes : leur farce conjugue fromage et herbes fraiches, relevées par le bouillon dans lequel vous les pochez. Les plus hardis oseront frire ou poêler cette petite spécialité ancestrale, plat populaire du sud Dauphiné, pour les accommoder dans leurs recettes les plus folles.

 


 

Le murçon de la Matheysine

Adieu les plaines, rejoignons le plateau de la Matheysine pour découvrir cette saucisse de porc à cuire aromatisée, spécialité jalousement gardée à La Mure. Plus qu’une banale saucisse de porc, le murçon doit son goût unique au mélange de viande et de carvi, et on le dégustera à l’ancienne : avec quelques pommes de terre pour se donner des airs de terroir d’antan. Méfiez-vous, vous allez bientôt parler du « miarsson » en patois local. 
 


La Chartreuse

Chartreuse  © M.Battaglia.JPG
Incontournable, inégalable, jaune ou verte, liqueur ou élixir, vous ne pouvez pas repartir de la région sans l’avoir goûtée, et re-goûtée – deux avis valent mieux qu’un. Sa légende anime les conversations en soirée autour d’un verre de Chartreuse Soleil, ou sur les pistes de ski en savourant un Green Chaud : que se passerait-t-il si la recette venait à disparaitre ? Seuls deux moines connaissent sa recette complexe, qui intègre 130 plantes du massif éponyme. En attendant, la Chartreuse est déclinée à toutes les sauces dans de nombreuses recettes, avec modération bien sûr. 
 


Les vins de Grenoble

Certes le Dauphiné n’est pas un territoire mondialement connu pour son vin, mais les pentes douces de la vallée du Grésivaudan, la basse vallée de l’Isère et les coteaux du Voironnais abritent des récoltes quasi confidentielles, chouchoutées par des viticulteurs soucieux de surprendre les palais par la qualité de leurs vins. Chardonnay, Jacquère ou Persan tinteront dans votre verre, mais ils font une place de choix à la Verdesse, typique du Grésivaudan et à l’Etraire de la Dhui, un cépage exclusivement planté à Saint Ismier. Les sommeliers locaux vous guideront pour accompagner parfaitement votre repas.

À vos fourneaux avec quelques recettes de plats dauphinois.